Lettre aux associations sportives, par Paul Pelletier

Bonjour,

Nos édiles veulent revenir au temps où le pont était payant, voir le document en pièce jointe. Ils ont décidé de voter cette disposition le 17 décembre prochain en catimini, sans avoir eu le courage de lancer publiquement l’information, et en urgence avant les élections départementales de mars 2015.

Nous avons pu récupérer le document à partir duquel ils ont travaillé. Celui-ci est assez clair. Comme c’est légitime lorsqu’on est pour, la démarche est présentée comme n’ayant que des avantages. Les aspects négatifs ou même temporisateurs non négligeables ne sont pas mentionnés, ils ne seront pas pris en compte au moment du vote. La richesse d’un débat contradictoire donnera, c’est sûr, une légitimité aux travaux de nos élus. N’ayons pas peur d’un débat.

Le document des élus expose des tarifs prévisionnels ; ils ne sont que prévisionnels. Le pont peut être gratuit pour les insulaires qui redécouvriront le privilège d’être titulaires d’une carte d’identité d’insulaire. Les livreurs eux paieront et les coûts seront répercutés sur ce que nous achèterons : la vie va coûter plus cher sur l’île, on s’en souvient. Ce que nous ne paierons pas pour passer le pont, nous le paierons au centuple dans tous les secteurs de notre vie quotidienne. Le péage du pont sera de fait, qu’on le veuille ou non, un facteur d’appauvrissement et d’accroissement de la précarité pour les insulaires.

Pour notre secteur associatif très dynamique, ça ne va pas être rose non plus, quel que soit son objet. Le tissu associatif oléronais couvre au quotidien tous les secteurs de la vie insulaire. Prenons le secteur sportif. Parmi les membres de nos clubs il y a des continentaux, de plus en plus nombreux : en plus de leur adhésion ils devront demain s’acquitter d’un droit de passage ? Le Département reconduirait le système des passages gratuits pour les rencontres sportives. On connait les tracasseries supplémentaires pour les clubs (pas seulement oléronais), les comités… Bien sûr les supporters paieront leurs droits d’entrée avant d’entrer et quels droits. Nul doute que cela se reportera sur les buvettes des clubs. Celles-ci participent à arrondir le budget des clubs au moment où la menace de baisses des aides publiques est de plus en plus brandie.

Par exemple pour « les foulées de l’Oumière » ce sera désormais le département qui percevra les droits d’engagement alors qu’il n’est même pas partenaire de l’organisation. Cette course pédestre sera l’une des plus chère de France. Mais ce sera la même chose pour la course VTT du Mimosa à St Trojan, etc. N’oublions pas nos évènements culturels. Les communes insulaires ont fait des investissements importants, notamment à Saint Pierre et Le Château pour accueillir des évènements culturels d’envergure. Les seuls spectateurs oléronais suffiront-ils à valoriser ces efforts d’équipements ?

La gratuité du pont a permis un redéploiement de nos activités dans tous les secteurs économiques, sociaux, culturels. Le retour au péage pourrait bien revenir là-dessus.

Ce sont là quelques réflexions. Notre environnement a besoin d’être préservé, valorisé. Ce n’est pas à nous, même si les passages seront gratuits pour les insulaires d’en payer le prix le plus fort par effet boomerang. Et vous, qu’en pensez-vous ? C’est urgent !

Paul Pelletier

IMG_0005